Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste, Porte-parole du Gouvernement – Député de Blessegué-Kouto


TIC Créa MPTIC A4

Publié le 9 septembre 2013 | par admin

0

POLITIQUE COMMUNE EN MATIERE DE TIC

La Commission de la CEDEAO a organisé, du 06 au 07 Septembre 2013, un Atelier régional de validation du Rapport de l’Étude sur l’impact de la taxe de terminaison sur le trafic international entrant au sein de la CEDEAO, à l’Hôtel Novotel, Abidjan, Côte d’Ivoire.

Ont pris part audit Atelier, les Experts des secteurs des télécommunications/Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), et les Régulateurs des États membres de la CEDEAO suivants :
Bénin, Burkina Faso , Cap Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal et Togo.

Les Représentants de l’Union Internationale des Télécommunications(UIT), de la Banque Africaine de Développement (BAD), du Cabinet Ernst & Young et les Opérateurs et Fournisseurs des services de Télécommunications/TIC de l’espace CEDEAO étaient également présents.

Lors de la cérémonie d’ouverture, M. André APETE, Directeur de Cabinet représentant le Ministre de la Poste et des TIC, Bruno Nabagné KONE, a synthétisé et dégagé les voies d’approches à proposer aux ministres en charge des TIC pour une décision dans le cadre de leur réunion de Banjul, en vue de l’adoption d’une politique commune en la matière. En outre, il a souligné que nos états à travers la CEDEAO, ont pour mission de réaliser un marché commun pour leur espace avec des engagements forts en termes d’harmonisations des politiques et des législations, d’intégration économique, de recherche d’optimisation et de compétitivité de nos économies.

M. David Kamara, Directeur du Département des transports et des télécommunications de la Commission de la CEDEAO a, souligné la nécessité d’un marché commun à l’espace CEDEAO et proposé l’abolition des taxes entre états de l’Afrique de l’Ouest.

La cérémonie de clôture a été marquée par les recommandations suivantes :

Recommandation 1 : Apporter des corrections au rapport notamment au niveau des données statistiques. Pour ce faire, les Etats membres sont invités à fournir dans un délai raisonnable les données statistiques correctes à la CEDEAO.

Recommandation 2 : Approfondir l’étude sur l’impact de l’application de la taxe de terminaison entre Etats membres de la CEDEAO (volume de trafic intracommunautaire, recettes générées etc.)

Recommandation 3 : Mettre en place un groupe de travail inter gouvernemental pour poursuivre la réflexion sur la taxe de terminaison sur le trafic international entrant. Les termes de références et le mécanisme de financement de ce groupe doivent être clairement définis et adoptés lors de la conférence des Ministres à Banjul.

Recommandation 4 : Exhorter les Etats membres à fournir les informations dans les délais requis, afin de faciliter le travail de la Commission de la CEDEAO.

Recommandation 5 : Différer la restitution de l’étude à la réunion des Ministres à Banjul et présenter seulement un état d’avancement.


About the Author


facebook comments:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑