Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste, Porte-parole du Gouvernement – Député de Blessegué-Kouto


TIC 26770219836_0c6e19808e_o

Publié le 5 mai 2016 | par admin

0

Forum SMSI 2016, Genève, Suisse Mardi 03 mai 2016 Déclaration politique de Haut Niveau de S.E.M. Bruno Nabagné KONE

Forum SMSI 2016, Genève, Suisse Mardi 03 mai 2016
Déclaration politique de Haut Niveau
de
S.E.M. Bruno Nabagné KONE,
Ministre de l’Economie Numérique et de la Poste, Parole du Gouvernement

THEME : ENVIRONEMENT PROPICE AU DEVELOPPEMENT DES TIC (« ENABLING ENVIRONMENT »)

1ère Question: Quelles sont les mesures clés que vous avez adoptés ou mises en œuvre pour favoriser l’éclosion de l’économie numérique en Côte d’Ivoire?

Mesdames et Messieurs,
Je dois dire que les mesures prises en Côte d’ Ivoire sont en parfaite cohérence avec l’ambition de SEM Alassane OUATTARA, Président de la République, de faire de la Côte d’Ivoire un Pays émergent à l’horizon 2020. Sur cette base, le Gouvernement ivoirien a décidé de faire de ces technologies un axe majeur du développement économique et social de notre pays.
Aussi, dès 2011, nous avons affiché notre ambition de mettre en place les fondations en vue de bâtir une Economie Numérique inclusive, porteuse de valeurs et de savoir, tout cela à travers;
Premièrement, une réglementation en adéquation avec les enjeux de développement de notre Pays (dynamisante et qui donne confiance) ; Entre autres, un nouveau cadre juridique et institutionnel plus performant du secteur a été mis en place avec l’adoption d’une nouvelle Loi, portant code des télécommunications/TIC.
Ce cadre, au bénéfice de l’ensemble des acteurs de l’écosystème, inclut également une loi sur les transactions électroniques, mieux adaptée à la convergence des technologies et à l’évolution du secteur.
Le développement soutenu d’un écosystème numérique exige un environnement sécurisé, qui donne pleine confiance aux acteurs, en particulier aux consommateurs.
Ainsi, d’importants chantiers, susceptibles d’améliorer sensiblement, l’environnement réglementaire en vigueur dans notre pays ont étés ouverts. On peut citer, entres autres :

- En 2012, l’identification de l’ensemble des abonnés aux services de téléphonie et à l’internet ;

- En 2013, le vote et la promulgation de la Loi sur la cybersecurité ainsi que de la Loi sur la Protection des Données à caractère Personnel ;

Au-delà, nous avons mis en place ou renforcé la présence sur le terrain de structures appelées à apporter une réponse opérationnelle aux problèmes de sécurité sur les réseaux et systèmes. Il s’agit notamment du
- CI-CERT (CERT national Ivoirien) ;
- de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité ;
- de la désignation d’une Autorité de Protection des données à caractère personnel ;
- de la désignation d’une Autorité de certification des transactions électroniques ;
- de l’adoption de textes spécifiques sur la cryptologie et la signature électronique, etc. ;

Deuxièmement, une offre abondante en réseaux large bande avec le début du maillage du pays en FO, accroissement de la connectivité internationale en passant de 1 à 3 câbles sous-marins, lancement de la 3G et récemment de la 4G dans le cadre de licences globales);
Troisièmement, la généralisation de l’accès (réduction des coûts des équipements et de la connectivité, réduction de la fiscalité, facilités de paiement, projet 1 citoyen 1 ordinateur, construction et équipement de 5000 cybercentres);
Quatrièmement, l’émergence et le développement de nouvelles activités créatrices de richesses et génératrices d’emplois, l’incitation à une production plus forte de contenus locaux au profit des populations;
cinquièmement, un plan ambitieux de formation et de développement d’une expertise nationale en matière de TIC illustré par l’introduction de l’enseignement des TIC dès l’école primaire, l’équipement des lycées et collèges en salles multimédia, etc., la création de l’ESATIC, école d’excellence en matière de TIC.

Je pense avoir pleinement répondu à cette première question.

Deuxième Question: Quel a été l’impact de ces mesures et quelles sont les perspectives à moyen terme ?

Nous pouvons noter que l’écosystème ivoirien des TIC a fait de réels progrès ces dernières années. A titre d’illustration je m’arrêterai sur quelques résultats produits sur la période de 2012 à 2015 :
- l’accès à l’usage d’un téléphone fait désormais partie du quotidien des populations ; les abonnements aux services de télécommunications mobiles sont passés de 16 millions en fin 2011 à 25 millions en 2015 (couverture de 100% de la population) ;
- l’accès internet enregistre plus de 8 millions d’abonnements en fin 2015, alors que ce nombre n’excédait pas 200 mille en fin 2011. Cette croissance forte a été rendue possible par les services de mobilité et notamment par le lancement en 2013 de la 3G ;
- Le succès du Mobile Money, qui apporte une réponse efficace au très faible taux de bancarisation dans nos pays (environ 10%). Cette activité continue de croitre de façon exponentielle avec aujourd’hui 8 millions d’utilisateurs et un volume journalier de transactions d’environ 23 millions d’euros (28 millions de dollars) par jour ;
- Nous pouvons également mentionner l’éclosion de nouveaux métiers générateurs de valeurs et d’emplois, tels que les métiers liés aux transactions électroniques (e-commerce, Mobile Banking, etc.), l’infogérance, les centres d’appels, la production d’applicatifs informatiques, la production audiovisuelle, la sécurité informatique, etc. ;
- Le secteur de la téléphonie et de l’internet à lui seul contribue désormais à hauteur de 7% au PIB du pays.
Il convient de noter que nous avons récemment procédé au renouvellement des licences (à présent globales) des acteurs dans un climat de confiance. Concomitamment, nous en avons profité pour assainir le marché qui est consolidé autour de 4 operateurs (au lieu de 7 auparavant).
S’agissant des perspectives au cours des années 2016/2020, notre marche sera balisée par les objectifs opérationnels suivants :
 assurer une couverture de près de 100% de la population ivoirienne en services de téléphonie ;
 porter le taux de couverture data/internet à plus de 90% de la population;
 porter le taux de pénétration de l’accès haut débit à près de 50 %;
 fournir en ligne aux citoyens Ivoiriens, à travers le programme de gouvernance électronique de l’Etat (eGouv), environ 300 services informationnels et plus d’une centaine de services transactionnels;
 créer au moins 150.000 emplois nouveaux (directs et indirects) dans le secteur.
Par ailleurs, nous nous sommes fixés les objectifs stratégiques suivants :
- mettre en œuvre l’identifiant unique pour l’ensemble des citoyens ;
- Dématérialiser l’ensemble des processus de l’administration afin d’aboutir au « Zéro papier » et au fait que l’administration n’ait plus à exiger du citoyen les documents qu’elle produit et qu’elle détient) ;
- instituer des mécanismes d’incitation des jeunes à l’innovation et d’encadrement de projets innovants dans le secteur ; dans ce cadre nous venons de lancer une fondation dénommée « Jeunesse Numérique » portée et financée par des acteurs publics et privés, nationaux et internationaux.
L’ensemble de cette politique et des actions à mener dans le secteur à partir de 2016, seront encadrées par une loi d’orientation générale sur les TIC et le développement de l’économie numérique.
En résumé, notre ambition ultime est d’appliquer une politique de développement cohérente et inclusive du secteur du numérique, créatrice de valeur et d’emplois au profit de notre jeunesse et qui débouche sur une société qui améliore les conditions de vie de la population par la connaissance et le savoir.

Je vous remercie pour votre bienveillante attention.

Tags: , ,


About the Author


facebook comments:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑