Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste, Porte-parole du Gouvernement – Député de Blessegué-Kouto


Communication 16112640_1385833698114422_2271467888175146888_o

Publié le 13 janvier 2017 | par admin

0

Discours du Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste à la cérémonie de passation des charges avec le Ministère de la Communication

-Madame le Ministre,
-Monsieur le Représentant du Secrétariat Général du Gouvernement,
-Messieurs les Directeurs de cabinet,
-Messieurs les Présidents de Conseil d’Administration,
-Mesdames, Messieurs les Directeurs et Chefs de Services,
-Mesdames, Messieurs,
Je voudrais, dès l’entame de mon propos, redire mes sentiments de gratitude à l’endroit de Monsieur le Président de la République et de Monsieur le Premier Ministre, pour la confiance qu’ils m’ont régulièrement témoignée depuis juin 2011, ainsi que pour leur constante sollicitude.
Je prends avec plaisir, mais surtout avec honneur, humilité et responsabilité, la nouvelle charge qui m’est confiée. J’en mesure la lourdeur, mais je sais pouvoir compter sur tous ici pour relever, ensemble, ce nouveau défi.
De la comptabilité, l’audit et la finance au début de ma carrière, je suis tombé il y a une quinzaine d’années dans le métier des télécommunications et y ai persévéré dès lors que j’ai pris conscience de la capacité de ces technologies à transformer qualitativement la vie des humains et pour ce qui concerne mon pays, à accélérer son développement et à améliorer les conditions de vie de nos concitoyens.
De la même façon, j’ai toujours eu conscience de la force de la Communication. La ‘’Presse’’ continue encore aujourd’hui d’être présentée comme le 4ème pouvoir, car la communication est consubstantielle à toute action humaine d’envergure.
De plus en plus, Savoir et Savoir-Faire sont insuffisants quand ces qualités ne riment pas avec ‘’Faire-Savoir’’.
D’ailleurs, dans la Bible, le prologue de l’Evangile de Saint Jean dit ceci :  » Au commencement était le verbe, et le verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu… ».
Cette phrase à elle seule, illustre la force de la parole, qui dans un langage plus contemporain, est la Communication.
Mesdames, Messieurs,
J’ai eu le privilège de côtoyer la plupart des acteurs du secteur de la Communication au cours des 5 dernières années, et je pense modestement avoir une petite idée de ce que nous devrons faire au cours des prochains mois et années pour en faire un secteur de référence en Côte d’Ivoire.
Je m’attèlerai donc, le temps de ma présence à ce poste, à rechercher avec vous, une solution à chacun des problèmes auxquels ce secteur est confronté.
Ainsi, je prendrai les prochaines semaines pour échanger avec l’ensemble des acteurs, pour noter vos préoccupations, et je suis sûr, que dans le climat de confiance que je m’engage à établir entre nous, nous trouverons les solutions souhaitées.
C’est pourquoi j’invite les uns et les autres à faire preuve de patience, à nous accorder le bénéfice de la bonne foi et à nous juger aux actes.
Notre ambition sera de faire en sorte :
- que le secteur de la communication soit de plus en plus un élément de la solution et de moins en moins un problème ;
- que les populations se retrouvent dans les organes de presse à leur service ;
- que les organes publics jouent davantage le rôle attendu d’eux, un rôle d’accompagnement de l’action publique, de pédagogie et de formation autour des valeurs de Nation, de construction de la paix et de l’unité nationale, de contribution au rayonnement international, d’accompagnement de la production et du développement économique ;
- que les acteurs du secteur (qu’ils soient du privé ou du public) soient plus à l’aise dans l’exercice de leur fonction, aussi bien au plan professionnel, qu’au plan personnel ;
- que le secteur soit en mesure de jouer plus fortement sa partition dans l’élan de modernisation et de développement pris par notre pays.

Mesdames et Messieurs,
Permettez qu’à ce stade de mon propos, je salue l’action de mes prédécesseurs à ce poste depuis juin 2011, le Ministre Souleymane Coty Diakité et Madame le Ministre Afoussiata Bamba-Lamine. Je salue particulièrement la Ministre sortante, Mme le Ministre Bamba-Lamine.
Je sais qu’elle part en laissant derrière elle de nombreux chantiers ouverts, ce qui est généralement frustrant, mais je pense pouvoir dire, qu’elle a fait ce qu’elle pouvait, qu’elle a fait ce qu’elle devait, dans un contexte général loin d’être simple.
Je la félicite pour les évolutions que le secteur a connu sous sa direction, notamment l’institution du Discop, la libéralisation du secteur de l’audiovisuel, le lancement de la TNT (Télévision Numérique Terrestre), l’amélioration du rang de la Côte d’Ivoire au classement de Reporters sans frontières, etc.
Je la remercie également pour le rôle joué à mes côtés au cours des dernières années en qualité de Porte-parole Adjointe du Gouvernement. Je lui disais encore hier par SMS, que ‘’…l’important n’était pas de chuter, mais de se relever à chaque fois, pour continuer d’avancer’’. Je lui souhaite toute la réussite dans ses projets futurs.
Mesdames, Messieurs,
Je voudrais, pour terminer, rassurer tous les collaborateurs de l’ex Ministère de la Communication, que nous sommes ici pour faire avancer les choses, et que nous le ferons avec tous ceux qui s’inscrivent dans cette logique de progrès.
Notre ambition est de faire en sorte que nous ayons une presse plus responsable et plus professionnelle, plus respectueuse des règles de déontologie du métier.
Je souhaite la meilleure collaboration avec les services de l’ex Ministère de l’Economie Numérique et de la Poste (MENUP).
Cette collaboration s’impose aujourd’hui à nous et je suis heureux que nos mandants aient pris la pleine mesure des effets de la convergence entre les contenants (principalement les infrastructures de télécommunications et les équipements terminaux) et les contenus (audiovisuels ou autres).
Aujourd’hui, dans les pays développés, plus de moitié de la population s’informe principalement en ligne (presse en ligne et réseaux sociaux). De même, en Côte d’Ivoire, de plus en plus de personnes s’informent en ligne et plus aucune stratégie de communication efficace ne peut être envisagée sans une dose plus ou moins forte d’affichage numérique. La télé se regarde sur un smartphone et les téléviseurs de nouvelle génération peuvent être connectés à internet.
Chacun de nous peut voir que la régulation des journaux ou de l’audiovisuel perd une grande partie de son efficacité quand cette régulation ne touche pas les contenus en ligne, les contenus numériques… Les exigences de convergence des réseaux et les opportunités que cela présente font que nos métiers sont condamnés à se rapprocher, voire à devenir le même métier.
Voilà donc autant de raisons qui justifient le rapprochement proposé par le Président de la République et le Premier Ministre, et autant de raisons qui nous imposent de faire en sorte que la greffe du rapprochement de ces deux secteurs, prenne.
Mesdames, Messieurs,
Mettons-nous au travail et je voudrais compter sur le professionnalisme et le soutien de chacun, afin que le grand secteur de Communication et de l’Economie Numérique apporte sa pierre à l’édification de la 3è République et de la Côte d’Ivoire nouvelle souhaitée par le Président de la République.
Je vous remercie.


About the Author


facebook comments:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑